Le premier mariage où j'ai été invité en tant que moi-même, et non en tant que fille de, se déroulait en plein hiver, entre Noël et Nouvel An.
Autant, un mariage en hiver, j'adhère, autant le 27 décembre, je déconseille ! Noël, pour moi moi, comme pour tout enfant de divorcés, c'est le marathon, mais pas un marathon où on court, un marathon où on bouffe. Alors imaginez rajouter un mariage sur deux jours à quatre repas de Noël en trois jours !
Cela dit, j'ai de très beau souvenirs de ce mariage, dans un grand gite dans le Nord, briques et houblons partout autour ! La mariée avait choisi de fêter leur passage à la mairie autour d'une raclette. Le marié s'est contenté de patate au jambon, vu qu'il n'avait pas le fromage (vous avez dit quoi ? Bridezilla !? Non, voyons...). La cheminée flambait, et le marié et ses amis ont sorti leurs instruments à la fin de la soirée, ou au petit matin suivant le point de vue, pour un boeuf.

L'avantage d'un mariage en hiver, c'est que la décoration est facile à trouver, que ce soit en magasin ou sur les blog de DIY, et que vous n'aurez aucun mal à la réutiliser ! Sans tomber dans la déco toute de rouge et de vert à base de boule et guirlande en plastique, avec un père-noël en guise de cake topper (encore que ça peut être cool), les rayonnages de décorations de Noël regorgent de perles : du bois, du verre, des paillettes, et voilà un mariage féérique qui s'annonce !

mosaica24f98c766d71aec7b11384fc0f3c2c750423254

Coté table, j'opterai moi aussi pour une raclette, mais avec le coté rustique de la raclette traditionnelle : c'est pas tout les jours qu'on peut faire fondre un demi fromage sans gacher ! De bonne pommes de terre au feu de bois (ou cuite entière en cocotte), du jambon de pays, et un bon vin, ça me donne déjà l'eau à la bouche ! Il faudra une bonne pause avant de sortir la Forêt Noire, et le chocolat chaud au kirsh.