Ca fait un dizaine de jours, et ça me parait déjà si lointain. Même si je suis toujours en train de rassembler les photos de chacun, j'ai déjà le sentiment que cette folle journée se sauve dans mes souvenirs.

Je vais pas te surprendre si je te dis que c'était intense, plein d'émotion, que c'est passé trop vite, et que je voudrais voyager dans le temps pour vivre chaque bout de soirée auprès de chacun de mes proches. Parce que le soucis, c'est bien ça : en quelques heures, il se passe plein de choses, avec plein de gens, et qu'il est impossible de les vivre toutes.

Je n'ai aucune photo des préparatifs, car il y avait trop à faire pour consacrer "des ressources" à les photographier. On a pu récupérer les clefs de la salle que le matin même à 8h, et à partir de là, ça a été la course. Heureusement qu'on avait des renforts : à vue de nez, on devait être une dizaine. Vers midi, c'était à peu près en place, bien qu'on ait dû sacrifier certaines de nos idées par manque de temps ou de moyen. On est resté à quatre, mon cheri et moi, ma plus jeune soeur, et mon pote de fac, qui avait installé la technique. A tour de rôle, on squatte la douche, et on se prépare tant bien que mal (sans miroir, je t'en reparlerai). On est arrivé à la mairie un poil en avance, et ça nous a laissé un peu de temps pour saluer tous le monde.

Sur le blog privé du mariage, j'avais comparé la cérémonie à la mairie à un RDV Pole Emploi : "Coté timing, c'est comme à Pole emploi : faut être à l'heure mais tu passe en retard, et ça dure pas bien longtemps." et d'après quelques-uns de mes invités, je n'avais pas tord. On ne m'avait pas menti non plus, se marier dans une grande ville, ça veut dire "mariage à la chaine". Heureusement qu'on avait assisté au mariage d'amis la semaine précédente, car personne ne nous a expliqué le déroulement. Pendant la cérémonie, j'ai pas écouté grand chose, trop heureuse de voir toutes ces personnes qui me sont chères autour de nous. L'adjoint s'est un peu emmélé les pinceaux, mais on était heureux, rien ne comptait plus.

 remi-cha-d-day-20131001165448-mozzi-wedding---mairie3 remi-cha-d-day-20131001165616-mozzi-wedding---mairie6 remi-cha-d-day-20131001165559-mozzi-wedding---mairie4

 remi-cha-d-day-20131001165817-mozzi-wedding---mairie13   90489745_o   remi-cha-d-day-20131001170023-mozzi-wedding---mairie17   90490303_o

La sortie de la mairie place Stan a vraiment un coté spectaculaire : le lieu est magnifique. J'était hyper stressée, je voulais vite aller à la salle. Même si la Lorraine n'est pas une région très touristique, il y a toujours beaucoup de monde un samedi ensoleillé place Stan, et j'ai découvert avec surprise qu'il y a aussi des squatteur de mariage : des types sont venu nous parler, on voulu nous prendre en photo, etc, et je sais toujours pas qui est le mec à coté de ma grand-mère à la sortie de la mairie. Gerer une cinquantaine de proche, c'est déjà pas évident, mais quand il y a des intrus qui squattent en plus... Bref, une petite poignée de photos, et on a plié bagages. Ou presque... les clefs de la voiture était dans le sac de ma soeur, qui repartait avec mon père. Un peu plus, et on restait coincé à Nancy centre, sans rien dans les poches !

1278448_10151905408080236_1961565385_n 90492256_o remi-cha-d-day-20131001170743-mozzi-wedding---mairie34

 

On était dans un tel état, que par automatisme, mon époux (oh là là, on est marié maintenant !) a pris la route de la maison au lieu de la salle, soit plein sud au lieu de plein nord. On est arrivé à la salle en bon dernier !

_DSC7988-Modifier